Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 septembre 2012 6 22 /09 /septembre /2012 10:51

 

Misfits - de bien attachantes racailles - Le carnet de Jimi


Lettrine (L Hotel Misfits) Le carnet de Jimidi'argument de la série « Misfits » a tout pour me faire bailler d'ennui : cinq jeunes délinquants ne se connaissant pas, se retrouvent en banlieue dans un « centre communautaire », pour effectuer deux semaines de travail d'intérêt général. À la suite d'un orage bizarre, chacun se trouve doté d'un super pouvoir.

 

Non, parce que les jeunes délinquants, c'est déjà mon fond de commerce en journée ; je n'ai donc aucune raison de m'y remettre à la maison devant la télé ! Mais je suis tombé par hasard sur mon disque dur externe sur cette série, probablement téléchargée illégalement et transmise par mon fils aîné, légitime celui-là, et comme « X File » plantait : hop !

 

Extraordinaire série !  C’est intelligent et loufoque, culotté et pas mal déculotté, drôle et tragique, pudique et gore, invraisemblable et très juste. Le miracle tient bien sûr aux acteurs eux-mêmes, au premier rang desquels celui qui joue « Nathan », le « tchatcheur » du groupe, mais les quatre autres sont également d’une crédibilité impressionnante. Bravo également aux scénaristes, qui réussissent à nous intéresser à la fois au substantiel : les événements, les circonstances, l’histoire, les rebondissements, le suspens etc. mais également à l’essentiel : les liens entre les cinq, leur personnalité individuelle et collective, leur bagage, leur façon de se débattre dans les emmerdes en essayant de faire bonne figure tout en gardant une irréductible et très contagieuse vitalité.

 

Les pouvoirs dont chacun se trouve doté - ils apprendront à leur dépends qu’ils n’ont pas été les seuls affectés par cet orage - méritent qu’on s’y arrête un moment. C’est un pouvoir directement lié à leur situation. Ainsi, Kelly, jeune femme au physique un peu ingrat, au look assez vulgaire, se défendant d’être une « pute », cherchant à nouer des relations qui ne soient pas seulement basées sur l’envie de coucher avec elle - mais comment le savoir ? - se trouvera-t-elle doté du pouvoir de lire les pensées de ses proches. Simon, très en difficultés dans ses relations interpersonnelles, à qui personne ne fait jamais attention, aura le pouvoir de se rendre VRAIMENT invisible. Alisha, très jolie, séduisante et séductrice, se trouvera affligé du pouvoir de déclancher une frénésie sexuelle chez ceux qu’elle touche. On aura compris que le pouvoir de chacun, en accentuant à l’extrême une composante préexistante de leur caractère ou de leur vie, donne une bien intéressante acuité à leur recherche identitaire et à leur relations amicales et sociales.

 

La saison deux se clos sur l’épisode « Christmas » dont la dernière scène est ce que j’ai vu de plus drôle depuis longtemps. Attention, en même temps, c’est assez gore !

 

 

 

 

commentaires

Tmor 23/09/2012 09:00


Oui ça m'a fait bien marrer. J'ai moins percuté sur la 2nde saison mais il reste des scènes d'antologies celle dont tu parles celle de la cacahuète m'a aussi beaucoup fait rire. @+

Jimidi 23/09/2012 09:22



Oui, hi hi ! 



Tmor 22/09/2012 16:17


Yes, c'est une série bien délirante. A suivre...

Jimidi 22/09/2012 23:48



QUOI ! TU CONNAISSAIS ET TU NE DISAIS RIEN ?  


T'es viré ! 


(Sinon, t'as aimé ? )



Elsa Saône 22/09/2012 15:59


Je viens de finir le second épisode. Très bien ça ! (Pas très marrant pour l'instant) Les personnages sont insupportablement attachants ! LA SUITE LA SUITE !

Jimidi 22/09/2012 16:32



Oui, voilà : insupportablement attachants. Hi hi ! (Attention, ce n'est pas tout à fait une série comique...) 



Elsa Saône 22/09/2012 13:45


Ayé le premier épisode est dans la babasse, je reviens dans le temps de le visionner pour te dire ce que j'en ai pensé

Jimidi 22/09/2012 15:50



Oui ! (Mais à mon avis, faut en voir plusieurs...) 


 



Articles Récents

  • You added 8 new photos to the album: Jardin des...
    You added 8 new photos to the album: Jardin des Duts - 24 mai 2015.
  • Pas loin du week-end idéal non ? Samedi, au...
    Pas loin du weekend idéal non ? Samedi, au jardin avec Béryl, à papoter et graboter. Dimanche, au jardin tout seul de 10h à 19 h (Simone n'est pas là) et demain, repos ! Heureusement d'ailleurs parce que là, je marche comme Aldo Maccinone !
  • Qui ? - Le carnet de Jimidi
    le-carnet-de-jimidi.com J’habite dans la rue où je travaille. Conséquence directe : je ne me sers quasi pas de ma voiture en semaine. J’effectue tous mes déplacements à Villefranche à pied. Si je dois aller à Lyon, je prends l’autoroute (payante) à vitesse...
  • Qui ?
    J’habite dans la rue où je travaille. Conséquence directe : je ne me sers quasi pas de ma voiture en semaine. J’effectue tous mes déplacements à Villefranche à pied. Si je dois aller à Lyon, je prends l’autoroute (payante) à vitesse modérée, puis je me...
  • Scène de rue, ce midi, en rentrant chez moi. Deux...
    Scène de rue, ce midi, en rentrant chez moi. Deux jeunes femmes, voilées de la tête aux pieds. L'une interpelle l'autre de loin, l'autre s'approche : "Ah, mais c'est toi ? je ne t'avais pas reconnue ! "
  • Avant, quand je jouais dans le métro à «...
    Avant, quand je jouais dans le métro à « Qu’est-ce qu’il a, qu’est-ce qu’elle a de bien ? » c’était parfois évident : son visage, ses mains, sa poitrine... Parfois, il fallait aller un peu dans le détail : ses sourcils, son sourire, sa peau, l’attache...
  • Ça y est, j'ai envoyé mon caca par La Poste.
    Ça y est, j'ai envoyé mon caca par La Poste. (C'était notre rubrique : "Amis de la poésie colorectale, bonswâââr !")
  • Entendu ce soir même sur Inter, chez Pascale...
    Entendu ce soir même sur Inter, chez Pascale Clarck : Trop bien ! Extrait du 1er EP de VKNG, disponible : http://smarturl.it/VKNGEP Rejoignez VKNG sur : https://www.facebook.com/vkngmusic https://twitter.com/vkngmusic http://vkngmusic.com/ DIRECTED BY...
  • Écrire, dit-elle
    Quel plaisir, après avoir entendu « au vol » Guillaume Gallienne lire à la radio : « Écrire ! … J’éprouve bien, de loin en loin, le besoin, vif comme la soif en été, de noter, de peindre… Je prends encore la plume, pour commencer le jeu périlleux et décevant,...
  • Alors, y'a du Bach, à la tronçonneuse, pi du...
    Alors, y'a du Bach, à la tronçonneuse, pi du Gounod dans les coins, aussi... C'est une version, hûm, actualisée.