Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
10 février 2012 5 10 /02 /février /2012 20:08

 

 

 

Lettrine--T-Ourgang---statistiques--copie-1.jpgout ça, c'est à cause de Paul, alias Ysengrimus bien sûr. Mais comme il a le dos large, et l'amitié solide, il ne m'en voudra pas de m'appuyer dessus pour étayer cette quête, dont le point de départ est un sien propos, tenu sur « Portraits de blogueurs ».

Contexte : Paul répond à la question : « Pourquoi bloguez-vous ? » À cause de la nature du médium. C’est un médium qui est extrêmement intéressant, de quatre points de vues : (je résume : ) 1 - On écrit ce qu’on veut sans intermédiaire. 2 - c’est un dispositif interactif. 3 - le blog permet de réunir la force de l’argumentation académique et le caractère à la fois intime et passionné du propos. 4 - On peut mettre en ligne des textes d’une bonne taille.

C’est son N°3 qui m’intéresse tout particulièrement : le blog développe un style bien à lui, qui permet d’allier la force d’un texte académique avec le caractère à la fois intime et passionnel d’un texte personnel, qui serait par exemple un texte de fiction. Les deux s’unissent très bien. Il y a un « genre blog » un « genre carnet » qui est en train de se développer, qui est extrêmement intéressant à explorer.

D’où la question, simple dans sa formulation, bien que double, ça commence bien : C’est quoi, le « genre carnet » ? C’est quoi le « Style blog » ?

Pour tenter d'y réponde, on va faire avec ce qu’on a, c’est à dire suivre les pistes esquissées par cette réflexion de Paul et voir dans quelle mesure l'expérience et ma réflexion perso prolongent ces pistes ou s'en écartent.

On relèvera pour commencer que le propos de Paul n’est pas écrit, il est filmé. Le cadre dans lequel il s’insère et la technique qui le porte ne permettent pas d’entrer en finesse ni en longueur dans une pensée. Paul a quelques seconde pour exposer son propos : il schématise. Pour autant, je ne lui ferais pas l’injure de penser qu’il confond « genre » et « style », aussi convient-il sans doute de garder cette distinction, que seule la brièveté du propos tend à confondre. En revanche, on ne fera pas plus de différence ici entre « blog » et « carnet » qu’il n’en fait lui-même.

Il faut également supposer que Paul parle en ayant en tête son propre carnet. C’est d’ailleurs bien normal, puisque c’est précisément celui-là (et son rédacteur) qu’on lui demande de présenter. Du coup, me voilà très tenté d’engager cette quête en seule direction de l'écriture, considérée sur son versant des genres : publication universitaire, autobiographie, fiction. Mais également sur son versant des styles : académique, intime, passionnel, narratif...

Mais finalement non, du moins pas tout de suite, parce qu'à procéder ainsi, on s'engagerait dans un mouvement dont le sketch de Fernand Raynaud donne une bonne caricature, consistant à virer tout ce qui paraît superflu, au risque de ne même plus avoir, au final, le nécessaire. Autrement dit, à n'examiner que des carnet littéraires à la recherche d'une hypothétique écriture « style blog », on risque de ne plus voir cette évidence : la plupart des carnets n'ont aucune prétention littéraire et certains ne contiennent pas ou quasi pas d'écrit. Ne participent-ils donc pas au genre blog, considéré ici comme une forme d'expression ? Bien sûr que si. Et sur les carnet dans lesquels l'écrit tient une place minoritaire, mais significative, ne pourrait-on pas trouver aussi chez eux des indices de ce que pourrait être un style blog ? Faudrait aller voir.

Du coup, j'ai effectué (avec élégance) un petit pas de côté, me disant qu'il serait peut-être plus éclairant, pour trouver des éléments constitutifs du « style blog », de le distinguer à partir de, ou parmi d'autres styles d'écriture : l'écriture SMS, l'écriture Twiter, l'écriture journalistique...

Concernant les deux premiers exemples, il est assez facile de caractériser ce qui distingue une écriture blog d'une écriture SMS et Twiter. Par rapport au SMS, le blog renonce aux abréviation, au « style télégraphique ». Il écrit de façon littérale, en respectant les règles de syntaxe, d'orthographe et de grammaire usuels. J'appuie cette affirmation sur la consultation des blogs classés de 1 à 10 puis de 100 à 110, puis de 200 à 210 puis de 300 à 310 du classement E-buzzing. À part un, qui n'écrit pas DU TOUT, tous les autres respectent à la lettre (c'est le cas de le dire) cette discipline, ou plutôt, cet usage discipliné de la langue écrite. On aura compris qu'en consultant ce classement, et de cette façon, je suis tombé sur un bon échantillon de tout ce qui se fait en matière de blog, toutes plateformes confondues (avec une sur-représentation des blog Wordpress). J'insiste : il ne s'agit pas d'une conformité approximative, ou moyenne, mais absolue. C'est à dire que sur les quarante blogs que j'ai lus, je n'ai relevé aucune faute d'orthographe. Tu dis ? Ça ne t'étonnes pas, vu que je ne vois même pas les miennes ? Va jouer. Tu sais très bien qu'on repère bien mieux celles des autres.

Par rapport à Twiter, outre ce qui vaut également pour le SMS et comme le relevait déjà Paul, l'écriture blog se caractérise également par le volume quelle autorise, ne se fixant comme limite supérieure que la prolixité du rédacteur et la résistance oculaire du lecteur.

SMS et Twiter nous mènent sur une piste bien intéressante : et si, finalement, l'écriture sur un blog, dans sa forme et dans son style, était surtout déterminée par son cadre technique ? Autrement dit, par la technologie qui la porte ?

L'article « De l’origine du blog en France » de iDorian, fait remonter les blog à l'époque du Minitel. Mouais... Il rappelle utilement que l'apparence et les fonctionnalités qu'on leur connaît actuellement, assez semblables toutes plateformes confondues, sont venu écraser d'autres modèles, selon cette loi mainte fois vérifiée en matière de nouvelles technologies : seules les plus adoptées survivent. Ce qu'auraient pu être les blogs, à vrai dire, je m'en tape un peu, mais ce qu'ils sont, techniquement, me paraît découler de l'acceptation la plus large du mot « journal ». Je ne sais pas si l'anglais fait la même confusion que le français, qui laisse entendre dans « journal » à la fois « journal intime », « journal de bord », « journal de voyage » et « Journal de presse », ni si « carnet » laisse entendre comme chez nous « carnet de croquis », « carnet de notes » et « carnet de bord » mais dans ces champs sémantique là, on trouve tout ce qui nous faut pour décrire nos blogs.

Au journal « de journaleux » autrement dit, à l’organe de presse, les blogs empruntent beaucoup. L’obligation de donner un titre à son billet, de l’inscrire dans une rubrique (ou catégorie). Ce ne sera pas « faits divers » ou « nouvelles locales » (quoique) mais chaque carnet aura nécessairement les siennes, plus ou moins nombreuses, plus ou moins abondées. La longueur du billet, variable, mais dans les proportions habituelles de la presse papier. Le recours aux illustrations. Enfin, j’aurais peut-être dû commencer par elle : la publication, autrement dit, la diffusion publique.

Au journal intime, le blog emprunte le ton personnel et subjectif, le caractère parfois très local, voire microscopique de ses sujets, mais également l’adresse au lecteur. Perso, j’use et j’abuse de cet artifice, consistant à t’interpeller, oui, toi, mais c’est un procédé très classique, genre « Cher journal, à toi seul je confie ma peine » mais on se souviendra utilement du « Chère Kitty » du journal d’Anne Franck. On a les Mélanie (de Tours) qu’on peut. Également emprunté au journal intime plutôt qu’à la presse : le « sans intermédiaire » dont parlait Paul. Un blog, tu écris, tu publies et tu ne rends de comptes à personne.

Etymologie oblige, à ses père et mère ci-dessus, le blog emprunte son inscription dans la temporalité, les dates, la chronologie, la périodicité, qu’on trouvera aussi dans le journal de bord et le journal de voyage, auquel il pompera ses cartes postales.

Fortement contraint par ces modèles formels - et tout particulièrement celui de la presse - les blogs m’apparaissent, dans leur contenu, comme plus ou moins influencés par l’un ou l’autre de ces modèles, mais ne s’en éloignant guère, d’autant que leur cadre technique s’en inspire très largement.

Du coup, j’en viens à penser qu’un blog est autant une expérience de publication qu'une une expérience d’écriture. D’ailleurs, imagine-toi deux minutes tenir un journal intime, un vrai, un caché dans un endroit où tu serais sur, mais alors là sûr, que personne ne trouverait à le lire. Perso, j’écrirais là ce que je n’ai jamais écrit ailleurs et qui ferait la joie de mon psy si j’en avais un, mais ça n’aurait sans doute pas grand chose à voir avec ce que je publie ici. Non, n’insiste pas, c’est non.

Bon, alors juste un petit peu. Cette nuit, j’ai failli mourir. J’étais dans un rêve assez pénible et brusquement, j’ai été physiquement envahi par une sensation de froid intense qui me gagnait rapidement en même temps que j’étais pressé, contraint, écrasé de tous les côté à la fois. Je me suis senti mourir et dans un dernier sursaut, j’ai ouvert les yeux, j’ai vu la pâle lueur qui filtrait à travers les volets. Je m’y suis cramponné désespérément. Si je n’avais pas fait l’effort de garder les yeux ouverts, je ne serais pas en train de rédiger cette note. Ça fait un peu chier parce que la dernière fois que j’ai rêvé que j’étais mort, c’était après, j’étais déjà de l’autre côté et ma fois, c’était très bien. Une sorte de pique nique perpétuel. Au point d’ailleurs que j’en avais gardé une certaine sérénité, par rapport à mon décès. Mais là...

Mais si l’écriture trop intime n’a guère sa place sur les blogs, il en est de même pour ces nouvelles, ces romans qu’il ne viendrait à l’idée de personne de proposer à la presse, mais plutôt à des éditeurs, numériques ou papier.

Pour conclure, oui, je crois qu’il y a bien un « style blog », qui s’alimente sans complexe aucun, des qualités cumulées du journal de presse, du journal intime, et du journal de voyage, du carnet de croquis, de notes ou de bord, piochant ce qui lui plait quand ça lui chante dans cette généalogie assumée et le faisant dans une liberté qui est loin d’être totale, comme en témoigne son respect de la langue, mais sans cesse conquise.

 

 

commentaires

Elsa Saône 11/02/2012


Hum c'est bon à lire ça, dès le matin (commentaire constructif s'il en est)

Paul Laurendeau 11/02/2012


"Du coup, j’en viens à penser qu’un blog est d’abord une expérience de publication avant d’être une expérience d’écriture."

Du coup, j’en viens à penser qu’un blog est AUTANT une expérience de publication qu'une expérience d’écriture. On s'entent tu que la liberté de publication entraine la liberté d'écriture... Tu
n'es redevable qu'a tes lecteurs qui, en plus, viennent en parler avec toi. alors mélanger les genre, play loosely the blue note, et dire "toi", c'est pas angoissant: pas d'intermédiaire pour te
foutre dans le son en dictant des canons rigides et convenus. Mes quatre points, que tu résumes fort joliement au demeurant, regarde-les, ils s'engouffre tous ensemble, en tourbillon, dans la
vallée du torrent carnetiste...

Mélanie de Tours 11/02/2012


Vous avez encore voulu faire votre interessant !

Articles Récents

  • Schmilblick du 2 mars 2015 - et avec la couleur, ça aide ?
    C'est quoi est-ce, d'après toi ?
  • J'ai été migré de force...
    (Mise à jour du 26 février 2015) On l'attendait, c'est fait : Overblog a procédé à la migration forcée de mon ici carnet. tout n'a pas été préservé dans la présentation. Dans les domages collatéraux : la perte des "derniers commentaires". Je pousuit les...
  • Un peu de synthé planant...
  • Ah oui, quand même !
    Je dis ça, je dis rien, mais je viens de poster mon cent quatre vingt et unième article sur "L'autre carnet de Jimidi". Il est consacré aux maisons du constructeur "Mandala home", installé au Canada.
  • Où la philo mène
    Où ne va pas se nicher la philosophie ! J’étais tranquillement en train de réfléchir en me hélant les urnes sur le balcon (oui, bon, en fumant, mais l’un n’empêche pas l’autre.) à propos d’une remarque entendue dans mon dernier coup de fil, quand celle-ci...
  • Kilomètre sept (ça n'avance pas vite, ce machin !)
    Mheu non, je ne vais pas mettre en ligne une musique par jour, comme Tmor ses collages. Il se trouve juste qu'après la précédente compo musicale (et à partir d'elle) j'en ai peaufiné une autre version, moins linéaire, plus contrastée... Bah, tu me diras....
  • Kilomètre cinq
    Oui, bon, "Kilomètre cinq", ce n'est pas un titre génial, mais tant qu'à faire de la musque au kilomètre... Toute simple celle là : trois pistes ; une de synthé, une de "basse" (pour faire court. En fait, c'est également du synthé) et une de batterie....
  • 2 février et... rien.
    Pas vu de différence sur cet ici carnet depuis le 31 janvier, mais ne nous réjouissons pas trop vite, la migration forcée peut prendre quelques semaines. Tu comprendras que, dans l'attente, je ne poste pas grand chose ici. Si c'est pour que ça disparaisse......
  • Surprise !
    Imagine ! Imagine un moment que, par un mécanisme climatique dont elle a déjà usé plusieurs fois par le passé, la Terre décide finalement de remettre son thermostat sur « froid ». Autrement dit : terminé le réchauffement climatique ; on reperd un ou deux...
  • Zik
    Périodiquement, je caresse l’espoir de reprendre un peu la musique. Oh, ça ne va jamais très loin. Disons que l'avant-dernière fois, ça a consisté à regarder sur Youtube quelques démos de batterie numérique. Car oui, c’est un secret bien gardé (surtout...